Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.

05 Sep

Rentrée littéraire 2012 - les grands tourments

Publié par Michel Zordan  - Catégories :  #Un auteur du Sud Ouest

PICT2108Les Grands Tourments, 4° volet dans la série les Exilés de L'Arcange  - Auteur Michel ZORDAN - ISBN 978-2-9532863-3-5 - 280 pages aux Editions 3 Z 

 

Ce 14 septembre, premier jour de la grande foire Sainte-Croix à Floréal. Peut-être irais-je y faire un tour en fin d’après-midi ! C’était aussi le premier jour des labours. Depuis son arrivée au château, au début de l’année 1933, Hercule, le tracteur de la MAF, en était à sa troisième version. Roues caoutchoutées, puissance très sensiblement augmentée, il tirait maintenant la charrue trois socs sans aucune difficulté. En cette fin d’été, une chaleur à peine supportable plombait l’atmosphère, torse nu la poussière collait à la peau. Heureusement, grâce aux fortes pluies du début de mois, la terre se tournait bien. Vers midi, je décidai d’aller prendre un bain  l’Auzoue. À mon arrivée au bord de la rivière, un vélo était déjà là, un vélo de fille. Un peu à l’abri des regards, appuyé contre une petite haie. Je m’avançai sans bruit et je l’aperçus, entièrement nue, allongée sans complexe sur la petite plage, dos exposé à la douceur du soleil. Juliette était revenue. Je l’avais rencontré deux années auparavant sur cette même plage.  Durant l’été, les samedis après-midi, nous étions une douzaine à nous baigner ici, des filles et des garçons des environs. Plus âgée que nous, Juliette avait la particularité de se baigner entièrement nue. Pris entre l’envie de repartir et la tentation encore plus forte de m’approcher, je restai là, durant de longues minutes à l’observer. Puis je me décidai enfin.

 

– Bonjour Juliette, ça faisait longtemps, tu es en vacances ?  D’habitude, c’était au mois de juillet ?

 

La jeune fille ne sembla même pas étonnée de me voir. Elle tourna juste la tête vers moi. Ma condition était bien différente, j’avais de plus en plus de difficulté à cacher mon trouble.

 

– Bonjour Sylvio ! Tu sais, maintenant je travaille et comme je suis nouvelle je n’ai pu obtenir mes vacances qu’au mois de septembre. Tu as eu beaucoup de chance de me trouver ici, c’est mon dernier jour, je repars demain.

 

Sans trop savoir pourquoi (pour être tout à fait honnête, je le savais, mais sans trop comprendre pourquoi), je m’approchai assez près de Juliette et m’assis à ses côtés. La conversation se poursuivit sur des banalités, mais ma nervosité, mon émoi étaient soumis à rude épreuve. Puis sans gêne aucune, elle se retourna. Elle était vraiment belle, Juliette. Je l’avais déjà vue nue, mais cette fois les choses étaient bien différentes. Nous étions seuls et j’avais plus de quinze ans.

Commenter cet article

Archives

À propos

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.