Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.

21 Jul

On n'demande qu’à en rire : c’est l’heure d’un premier bilan et mon blogrank n'est pas fameux...

Publié par Michel Zordan  - Catégories :  #je ne vais pas me gêner

 

paon.jpgJe ne vais pas me gêner pour dire qu'il y a quelques semaines, lorsque   je me suis lancé dans la création d’un blog,  j’ai bien essayé d’en savoir un peu plus sur la « jungle » du référencement. Parler de « jungle » n’est pas assez fort, je parlerai plutôt de « méandres infernaux, d’abîme sans fond ».  J’ai sauté d’un site à un autre, d’un forum à un autre forum,  pour ne pas en savoir beaucoup plus.  J’ai quand même retenu  deux trucs : les titres des articles, sont très importants ;   mais les mots clés sont encore plus importants. 

Ça m’a beaucoup aidé, et comme d’habitude j’ai fait à ma façon,  et j’ai commencé par des titres simples(L’homme qui voudrait parler à l’oreille des Français, mais qui n’ose pas…)et (Nos bambins seraient-ils une armée de bactéries en devenir ?)  et quelques autres titres de ce style, mais mon « blogrank »  (c’est le système qui permet  de contrôler l’audience) n’a même pas daigner lever le petit doigt. 

Alors j’ai eu une autre idée en regardant une « fantastique et irremplaçable » émission, dans laquelle officie « Monsieur Laurent Ruquier » : On ne demande qu’à en rire.  Et si je me permettais de noter ceux-là même qui donnent des notes (le thème de l’émission pour ceux qui ne le savent pas encore c’est : des humoristes en devenir,  doivent  faire rire quatre professionnels du showbiz, (je les connais, très improbable l'affaire)afin que ces derniers les notent ensuite).  J'avais espéré  que d’autres blogueurs s’y mettraient aussi,  histoire de  créer une sorte de communauté qui aurait pu  faire trembler les médias télévisuels et leurs serviteurs (surtout les serviteurs).   Et puis j’ai compris que les notes ce n’était pas assez, il me fallait argumenter, enfin critiquer. C’est facile la critique, tu prends un truc qui dépasse un peu et tu tires dessus en essayant de ne pas casser le fil. 

Zordan,  ça ce n’est pas de la critique, c’est de la polémique.

Tu sais bonhomme, critique, polémique, c’est du pareil au même….

J’ai donc commencé par des titres simples
(On ne demande qu'à en rire du vendredi 4 mars, ma note à Isabelle Mergault)  et  On ne demande qu’à en rire, du lundi 7 mars 2011, Ma note à Catherine Barma 7/20).  Ensuite j’ai récidivé avec   (On ne demande qu’à en rire, et Virginie Lemoine. Ma note à Virginie 18/20) 

 

Pas terrible l’audience,  ce n’était pas assez explicite, trop gentil, à la limite de la naïveté.  Sans tomber dans le racolage,  il me fallait des titres bien plus accrocheurs, je devais faire dans le le sensationnel.


Avec  (On ne demande qu’à en rire : rien ne va plus, c'est un véritable drame ! Ma note au Jury 15/20),  ça commençait à frétiller un peu, en France dès qu’on évoque le drame, la catastrophe,  ça marche, il y a toujours des clients pour se mettre le moral à zéro.  Il fallait que je continue sur ma  lancée,  le siphon fonctionnait, je ne devais  surtout  pas faire de pose.  Je récidivais avec   (On ne demande qu’à en rire : il faut sauver le couple, Arnaud Tsamère / Jérémy Ferrari, ma note au docteur Ruquier 16/20) la réussite s’éloigna un peu, pourtant je pensais que cet appel à la vaillance, à la générosité, à la grandeur humaine m’aurait valut un succès, que nenni. 

Je n’en tirais aucune conclusion, mais je devais trouver autre chose,  la calomnie,  voila ce qu’il me fallait et je sortais de mon chapeau (On ne demande qu’à en rire, les Jacky ou les Roger, ça ne plait pas à « Madame». Ma note à « Madame Barma » 6/20).  Là le compteur s’affola, l’aiguille partait vers des sommets (calme-toi Zordan, tes sommets à toi, ce sont des collinettes).

C’est qu’il me  saborderait le moral ce mécréant. C’est quand même mon blog,  j’ai dit que j’étais sur les rails, et  qu’il n’y avait plus qu’à continuer, mais sans me précipiter.  Je devais donc sortir un autre titre qui me permettrait de valider mon statut de téléspectateur impartial  (On ne demande qu’à en rire, du mardi 22mars : gonflé le mec Frayze !!! Ma note à Frayze 17/20). Je dois reconnaître que l’idée porta ses fruits. 

 

Attention je ne devais pas retomber dans l’ordinaire,  le pathétique, ou le sentimental, alors  je m’arrachais « les tripes » et me lançais dans la provoc pour trouver (On ne demande qu’à en rire : Catherine Barma n’aime pas les œufs mayo ! Ma note à Catherine Barma 6/20). 

C’était une victoire,  mon « Marengo » à moi, j’avais enfin trouvé le graal, (petit, mais quand même…) enfin   un début  de solution pour fidéliser les visiteurs sur mon blog,  mais il ne fallait surtout pas que je laisse mes méninges se refroidir. Je me devais maintenant de trouver un titre bien racoleur, bien trash, le truc que l’on voit en première page de certains magazines  (On ne demande qu’à en rire : c’est lundi 28 mars, c’est en direct et c’est le clash, presque le KO en live… Laurent Ruquier défend la note des téléspectateurs et il a raison… ).  Voilà j’y étais, j’avais atteint le sommet.
 
Zordan, S’il te plait,  redescends un peu, passe-toi de l’eau froide sur les mollets, ils gonflent.  Tu as atteint quel sommet ? ça te sert à quoi l’audience sur ton blog, à gonfler ton égo, c’est tout.  Te rends-tu compte qu’avec tes con… tu as sans doute blessé madame Catherine Barma, ça te fait plaisir de faire souffrir cette gentille dame.  Bien sûr que parfois elle gaffe un peu, mais c’est son style, c’est une spontanée,  franche et directe, si elle n’aime pas la mayo elle le dit, les Jacky, les Roger, elle le dit, les téléspectateurs qui note mal,  elle le dit. Et puis, peut-être que les gaffes et ses sorties intempestives,  c’est voulu, pour mettre un peu de relief.  Eh oui bonhomme,  si personne ne déborde, tu l’as fait comment  l’audience, avec des candidats qui sont buzzés après trente secondes… 

 

Y a bien cinq à six pensionnaires (ça veut sûrement dire qu’ils sont un peu payés pour porter l’émission, un peu seulement, faut pas oublier que c’est de l’argent public) qui marchent bien, mais ça ne suffit pas, alors madame Barma va au charbon,  donne l’exemple et paie de sa personne.

Allez,  essayes d’être sérieux au moins trois minutes…  Franchement, tu la trouves comment cette émission, après un mois, tu as bien une idée. Je sais une idée de toi, c’est pas toujours une bonne idée, mais ça fait rien,  dit toujours. Attention, tu n’es pas obligé de cirer les pompes…

 

Ok, je vais donner mon avis de téléspectateurs impartial. C’est une pu…de bonne émission (maintenant,  c’est la seule que je regarde, je manque donc un peu de repaire).  C’est aussi  un pu..  de très bon tremplin pour les humoristes pas très connus et surtout pour les  inconnus.  C’est sûr que nous en retrouverons quelques uns au sommet  dans quelques années.  Je ne cite personne, j’ai pas envie de vexer. 

Zordan, tu ne fais pas dans le vulgaire d’habitude !  Bon, tu pourrais quand même donner une note, au départ c’était bien ça ton idée.

Les deux mots c’est pour les moteurs de recherches, et pour la note c’est d’accord, je vais la jouer bon prince : 15/20, ça laisse une marge de progression,  faut toujours laisser une marge (ça c’est monsieur Jean Benguigui qui me l’a appris).

Je peux dire quelque chose sur monsieur Jean Benguigui, je…

Zordan, ça suffit, tu as noircis 2 pages, de toute façon personne n’ira jusqu’au bout.

Non, juste trois ou quatre mots,  je viens de voir ce monsieur à la télé, dans la fameuse trop  super
émission, On ne demande qu'à en rire, il donnait à Nicole Ferroni, un conseil judicieux : ne pas faire preuve de trop d’intelligence, afin de permettre aux autres de mieux  vous comprendre.  C’est bon,  moi je n’ai pas ce souci.
 
 

Commenter cet article

Archives

À propos

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.