Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.

17 May

On n’demanderait qu’à en rire, mais ce n’est pas une fiction, la France est humiliée, salie, bafouée aux yeux du monde…

Publié par Michel Zordan  - Catégories :  #Réflexions du jour

PICT0902

Ça sonne comme une série américaine « New York, police judiciaire », mais malheureusement le goût est celui de la réalité…   

 

Que s’est-il exactement passé dans cette suite ? À part les protagonistes de cette affaire, personne ne le sait exactement ! 

 

Arrêter DSK, pourquoi pas, les accusations sont graves, mais pas pour aussitôt le traiter et l’exhiber comme un condamné d’un autre siècle.

 

Et si  DSK faisait l’objet d’une cabale, et s’il était tombé dans un piège ?  Cet homme est très certainement un dragueur,  il aime les femmes, il n’est pas le seul, mais certains ont peut-être profité de cette « faiblesse ».  Patron du FMI, l’homme était très puissant, très, très puissant même, et c’est peut-être là qu’il faut chercher les coupables.  Ce n’est pas en France qu’ils sont,  en France on agite des voitures, des costumes, des insultes, on trafique une liste,  mais ça s’arrête là. 

 

Le plus terrifiant dans cette affaire, c’est la façon d’opérer des américains,  les suspects, coupables ou innocents sont traités comme  des parias.

 

Les ricains ont toujours des méthodes de cow-boys et de shérifs, ils vivent encore et toujours dans les westerns : d’abord je tire, après je discute.  

 

Il y a d’un côté, ceux qui accusent, leur seul objectif étant de faire tomber l’accusé, sans se préoccuper de savoir s’il est coupable ou non, tout est bon pour arriver au but. Ils exhibent  « la bête » comme on pouvait le faire au moyen-âge, on le trimbale la corde au coup, on incite au  lynchage. 

 

Après cet exercice, aux yeux de monde,  ce n’est plus un accusé mais un coupable de la pire espèce. 

 

De l’autre côté,  la défense doit faire avec et  tenter de prouver l’innocence de l’accusé, vaste et périlleux projet. 

 

L’accusation ne se préoccupent même pas de savoir, si « la victime » est vraiment une victime, c’est aux avocats de mener l’enquête. Et dans le cas présent, il s’agit d’un français et un français qui était très puissant…

 

Les américains sont en permanence dans la téléréalité, c’est leur façon de vivre au quotidien.  En France un juge instruit à charge et à décharge en fonction des éléments qu’il découvre, mais pas aux states, là-bas si tu n’as pas un bon avocat,  même innocent tu es déjà à moitié condamné.    

 

J’entends ici et là dire que la justice américaine est exemplaire, qu’elle ne fait de différence entre pauvres et riches, faibles ou puissants et alors… Est-ce pour cette raison qu’elle doit exhiber les accusés ?

 

Les américains n’ont jamais atteint le stade de la civilisation, la vraie, ils ont des lois, je dirais plutôt  des barrières à ne pas franchir, la plupart ne les franchissent pas. Ils vivent selon des codes bien à eux, qui n’ont rien à voir avec une véritable civilisation. 

 

Un exemple résume à lui seul l’état d’esprit des américains, leur système social, là-bas si tu ne peux pas payer, tu ne peux pas te faire soigner. 

 

Les américains ne peuvent pas accepter qu’un non américain puisse être puissant, et DSK était très puissant,  et allait peut-être même leur donner des leçons d’économie. Vous rendez-vous compte un frenchy qui donne des leçons d’économie au pays le plus puissant de la planète : messieurs, votre budget,  ça ne va pas du tout, si vous voulez emprunter au FMI,  il va vous falloir faire des économies, gérer votre pays autrement.

 

Ça a l’air d’une boutade, mais  les américains, tous puissants qu’ils sont, ne sont pas très loin de la banqueroute.  Et qui s’occupait des pays dans le besoin, le FMI.  C’est très moche pour un pays qui vit au milieu des héros de s’entendre dire ça.  Les héros américains, on ne voit que ça dans leurs films, c’est le seul pays au monde où il y a autant de héros (un peuple qui  s’inventent autant des héros, ça cache sûrement des choses ?)  En réalité  je crois que  les américains sont plus héros dans les films que dans la vraie vie, alors ils essaient de transformer la vraie vie,  en fiction. 

 

 Il y a un autre détail qui cloche, dans les films, les héros américains, ils n’arrêtent pas de donner des leçons, ils sont gentils,  tous bien propre sur eux, c’est agaçant et ça fait pas très sérieux. Chez nous, c’est tout le contraire, nos héros sont Cartouche, Mandrin… tous des brigands, mais véritables héros populaires…

 

L’hégémonie américaine sur le monde, ça ne date pas d’hier, et ça va continuer longtemps (attention à la Chine, ils s’y mettent aussi, mais ils ont d’autres méthodes.)  Rappelez-vous, il y a quelques années, les Français n’avaient pas voulu les suivre dans leur aventure Irakienne.  Ils n’avaient pas aimé les américains, ils nous ont trainés dans la boue, et pour un grand nombre d’entre eux les comptes ne sont pas encore soldés.  Aujourd’hui, c’est un frenchy qu’ils ont trainés dans la boue, un français qui est accusé, mais qui n’est pas jugé et contre lequel  la police n’a pas grand-chose.   Ils ont exhibé le frenchy comme un trophée, ils ont même distribué des passages des auditions aux journalistes, apparemment,  très,  très croustillants… Des trucs à ne pas raconter avant 22 ou même 23 heures.   Vous avez vu les journaux du Monde entier, aux yeux de  tous, Dominique Strauss Kahn le frenchy,   est coupable, et les américains le traite comme tel… Ils ne leur  restent  plus  qu’à dresser l’échafaud.

 

Vous allez dire que je fais dans la démesure, que mes accusations sont excessives…injustifiées…oui peut-être, sûrement même ; mais cette fois,  l’accusation c’est moi, j’adopte juste leur méthode, j’expose  le présumé coupable à la vindicte populaire, je les accuse avant même de les juger, à vous de les défendre…. si vous le pouvez bien sur…

 

PS : Aujourd’hui DSK a encore du soutien, mais qu’en restera t-il dans quelques jours… Petit à petit le monde des amis va prendre ses distances, le cercle va se réduire,  dans un mois les «priorités » auront repris le dessus, l’affaire sera en dix ou quinzième page et l’homme pourrira dans une cellule de Rikers Island. 

Commenter cet article

Archives

À propos

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.