Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.

07 Apr

On n’demande qu’à en rire : Michèle Bernier dans le rôle de la méchante

Publié par Michel Zordan  - Catégories :  #je ne vais pas me gêner

truc de filles1

Que sont-ils devenus ? La méchanceté, un truc de filles ? Pauvre Eugénie Anselin, son 7 ème passage, le 7 février 2013 lui a été fatal. Son sketch sur Winnie l’ourson était pourri,  vraiment pourri.  Mais en 7 passages on a quand même droit à une petite  erreur. Et bien non,  Michèle Bernier dans le rôle de la méchante l’a balancé.  Je dirai même plus, avec un tout petit 10, elle l’a littéralement viré.  Le public a ensuite enfoncé le clou avec un tout petit et mesquin 11.  C’est quand même bizarre ce 11 du public.  De Bernier,  de son prénom Michèle,  aucun étonnement, elle n’a pas aimé, et elle sanctionne. Peut-être un peu la jalousie, mais très peu, juste un soupçon. Entre filles ça se jalouse toujours un peu, pour un rien. On ne sait jamais exactement pourquoi, mais c’est comme ça.  Barma semblait désemparée,  pourtant le buzzer elle connait, et les mauvaises notes aussi.  Ou alors, elle faisait son cinéma et était bien contente du croche-pied : c’est pas moi, c’est elle.  Hier ce fut au tour d’un Lino Lavi très prometteur d’être balancé. Bizarre quand même cette façon qu’ont les jurys de « On n’demande qu’à en rire » de se tirer une balle dans le pied.  Le talant c’est pas automatique, il y a des jours sans : on tâtonne, on tâtonne et puis on trouve la bonne porte. Et lorsqu’elle  s’ouvre c’est un émerveillement. Puis le lendemain on est moins inspiré et on va au fossé.  Mais lorsque le talant est là, après une bonne baffe on se relève toujours. On a juste l’impression que les jurys ne tiennent pas compte des résultats déjà obtenus. Ils réagissent sur le vif, avec des œillères. Ou alors, ou alors, c’est juste une façon de faire plus mal encore, d’être plus méchant encore. L’humiliation en public, il y a des téléspectateurs qui adorent ça.  On donne d’abord de bonnes notes, on appâte, on appâte. Et puis, vlan c’est le coup de Trafalgar  et le retour à terre, l’éjection  de l’humoriste qui se voyait déjà...  C’est vrai qu’après 6 à 7 passages on peut rêver, mais pas dans cette émission,  pas avec Michèle Bernier dans le rôle de la méchante. Et puis il faut comprendre,  un tout petit « drame » c’est bon pour l’émission.  Mais pas bon pour ces deux artistes qui ne remonteront plus jamais sur scène, quel gâchis. Jamais ils ne se relèveront après une telle humiliation.

 

Une grande satisfaction quand même, Judaszko a enfin eu des 20,  et pas qu’un seul.  Ils ont (les jurys) dû lire mon article,  et honorer l’artiste comme il se devait.  Mais attention au coup de Jarnac  monsieur Judaszko,  virer un humoriste à son cinquantième passage, ça serait très bon pour le buzz.  Vous pensez qu’ils n’oseraient pas ?  Je ne parierai pas là-dessus.  L’audience cher monsieur, l’audience avant tout. Un point de plus ou de moins et tout peut basculer, on l’a bien vu avec Ondar Show l’émission du samedi : 8,5 c’était pas assez. Mais avec 10, les humoristes aujourd’hui au chômage auraient encore un job.  Les chiffres, toujours les chiffres, mais qui donc à inventer les chiffres ?  

PS : Michèle ne m'en veut pas, mais un truc pareil, je ne pouvais pas le taire. 

 

 

Commenter cet article

Archives

À propos

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.