Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.

23 Mar

On n‘demande qu’à en rire : Jean Benguigui se fait « mordre »

Publié par Michel Zordan  - Catégories :  #je ne vais pas me gêner

PICT2100Que sont-ils devenus ?  Jean Benguigui se fait « mordre » par Jean-Jacques… C'était en 2011 - Pour ceux qui ne savent pas, On n‘demande qu’à en rire,  c’est sur la 2 et c’est la reprise.  Et en plus, nous étions lundi, c’était en live. Je l’avoue, j’aime bien cette émission.  Voir des candidats à la gloire se faire « gentiment » démolir en direct, je trouve ça… excellent…

 

Il y a bien quelques bonnes surprises, mais parfois aussi des mauvaises…

 

Retrouver Laurent Ruquier avec ses jeux de mots,  pas toujours de bon goût, et ses phrases assassines, c’était un vrai plaisir. Revoir le visage toujours très souriant de Catherine Barma (avec madame Barma,  quand elle aime, on le voit tout de suite. Mais quand elle aime pas,  c’est encore plus flagrant), j’adore.  J’adore aussi  le tutoiement et les explications pas toujours très cohérentes de Jean Benguigui (aujourd’hui  Jean-Jacques n’a pas aimé le tutoiement, ni d’ailleurs les remarques « pourtant constructives »  de monsieur Benguigui, et le candidat a filé un coup de crocs). Eric Métayer, lui était égal à lui-même, il ne prend jamais de risque inutile et se débrouille toujours pour suivre le courant. Je sais pas comment il fait, mais il le fait bien.

 

L’émission avait bien commencé,  mais l’euphorie ne dura pas très longtemps.  Les jurés, le public le présentateur, et tout le public  semblaient pourtant très heureux d’être là, à nouveau réunis pour la saison 2012.  Je sentais quand même les candidats un peu inquiets, et ils avaient raison.  Il faut bien  le reconnaître, même mauvais, ils sont quand même gonflés de se lancer un tel défit. La fosse aux lions du Moulin Rouge, c’est quelque chose. Les jeux du cirque à côté,  c’est de la gnognotte.

 

Ce fût d’abord Alfred  qui se présenta pour le sacrifice, et sacrifice il y eu. Alfred Dumont et son sketch sur Paris Plage. Un vrai naufrage,  le soleil était vraiment absent, le froid et le brouillard ont envahi la scène,  même le public présent n’a pas voulu lui tendre la main.  La noyade n’a ému personne, même pas lui.

 

Ensuite le plateau accueillait Jean-Jacques et ses travaux d’intérêt général.  Il avait un petit quelque chose  ce mec, je m’attendais à un truc,  façon Fraize ( c’est un candidat de 2011).  Mais après moins de 15 secondes,  véritable Bérézina et concert de buzz chez monsieur Benguigui et madame Barma réunis. Je les comprends, mais ils auraient put attendre un peu,  que le bonhomme s’enfonce vraiment.   C’est au moment des explications  que le candidat fila un coup de canines acérées à monsieur Benguigui, pour tutoiement abusif.

 

Puis Constance et sa pétition contre Mrs Botox  et Bistouri réunis. La petite à voulue trop bien faire, trop peaufiner son truc en parodiant un personnage trop bien connu. Ça aurait pu marcher, mais  les jurés n’ont pas marché.

 

Enfin et heureusement le roi apparut, comme à Versailles. ODB et son sketch sur le journal de bord du candidat à la candidature du PS,  François Hollande.  C’est vrai,  le mec a un vrai talent, mais le sujet tombait à pic. Il avait  de la matière ODB et l’audimat remonta… et madame Barma repris des couleurs…

Commenter cet article

Archives

À propos

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.