Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.

17 Jun

Librairie à Bordeaux : la boutique d'un auteur du Sud-ouest

Publié par Michel Zordan  - Catégories :  #Un auteur du Sud Ouest

 Saint-Emilion.jpgLa vieille ville de Bordeaux (Bordèu en gascon) est la partie située à l'intérieur des anciens murs de la ville, qui correspondent aujourd'hui aux cours de Verdun, Clemenceau, place Gambetta, cours d'Albret, cours Aristide-Briand, place de la Victoire, et cours de la Marne. À l'est, la vieille ville est délimitée par la Garonne.

On trouve deux grands axes qui traversent la partie historique de la ville : la rue Sainte-Catherine qui coupe la ville du Nord au Sud et le cours Victor-Hugo, prolongé par le pont de pierre qui coupe la vieille ville d'ouest en est.

La rue Sainte-Catherine, rue piétonne de près de 1 300 mètres, relie la place de la Comédie (Grand Théâtre) et la place de la Victoire, où se situent encore des vieux bâtiments de l'université. La rue Sainte-Catherine et les quartiers situés à l'ouest de cette rue sont très commerçants. À l'est de la rue, jusqu'aux quais, se situent des quartiers de logement.

À l'extérieur des murs de la ville, les cours actuels, des faubourgs sont apparus. De nos jours, ces faubourgs, compris entre les cours et les boulevards, entourent la vieille ville. Malgré quelques exceptions, le développement de ces quartiers s'est fait de façon semblable.

Au nord, le long de la Garonne, se situent les quartiers du Grand-Parc et des Chartrons. Ces quartiers abritaient de nombreux commerçants en vin.

Le quartier des Chartrons doit soit nom au couvent des Chartreux fondé en 1381, lors de la guerre de Cent Ans par des chartreux du Périgord venus se réfugier dans ce quartier marécageux. L’intendant Tourny, a relié les Chartrons à la ville par une promenade (l'actuel cours Xavier-Arnozan), et une grande allée (l'actuel Cours de Verdun), et a fait construire de somptueuses demeures de style Louis XV et de style Louis XVI, par les frères Laclotte, ainsi que le jardin public. La rénovation actuelle des quais du quartier des Chartrons et l'arrivée du tramway B dans ce quartier ont entraîné une augmentation importante du prix de l'immobilier.

Jusqu'aux années 1980, les quais des Chartrons étaient le cœur du négoce bordelais de vins ; dans les années 1990, le port de Bordeaux s'étant précédemment déplacé au Verdon, les négociants en vins ont transféré leurs entreprises vers l'extérieur de la ville sur de plus grandes surfaces et dans des locaux plus modernes que ces magnifiques bâtiments du XVIIIe siècle qu'ils occupaient jusqu'alors. C'est à ce moment que ce quartier s'est spécialisé dans l'art sous toutes ses formes, les métiers d'art : ébénistes, restaurateurs, doreurs, sculpteurs sur bois, les antiquaires, les brocantes, les galeries d'art, le CAPC, les ateliers d'artiste, etc.  la suite sur Wikipedia®

 

 

 les prémices-copie-1La librairie un auteur du Sud-ouest à Bordeaux >>>  Les prémices, série les exilés de L'Arcange  

 

 

Avec Les Prémices dans la série « Les exilés de l’Arcange » et Turbulences Champêtres, dans la collection « Le net au pré » l'auteur se  positionne de plein pied dans la tradition des romans  de terroir. Tous les ingrédients y sont, la campagne, les fermes, les paysans, l’instituteur, l’institutrice, l’épicier, l’épicière, le boulanger,  les bons, les méchants, les ni trop bons ni trop méchants, les traditions, les us et coutumes, l’étranger qui s’installe sans bruit, et ceux qui le tolère du bout des lèvres,  l’étranger qui s’impose, et  ceux qui le rabroue…. Bref,  dans ces deux nouveaux romans il décrit  un milieu qu'il affectionne.

 

 

Dans la série les Exilés de l’Arcange,  il retourne dans les années trente, puis il avance  pas à pas,  dans une campagne bien différente de celle d’aujourd’hui, mais qui,  inéluctablement finira par lui ressembler. Cette campagne dans laquelle il s'avance  pas à pas, il ne l'a décrit,  ni trop idyllique,  ni  trop dure,  même si vivre à cette époque n’était sûrement pas, vu de nos jours,  très enviable.  Les  mots loisirs et vacances n’existaient pas,  le travail c’était souvent 7 jours sur 7. Il ne l’a jamais vécu,  mais juste imaginée au travers de clichés inventés par d’autres, qui eux l’ont traversé. La campagne au cœur cette Gascogne paysanne, il l'a  décrit terre d’asile, une terre qui a recueillie ses deux  familles, une terre héritière d’une tradition d’accueil aussi profondément enracinée que les ceps de folle-blanche et riche d’une histoire plusieurs fois millénaire. Il l'a décrit généreuse, il l'a décrit presque idyllique, une terre sur laquelle la solidarité est omniprésente. L'auteur décrit des  scènes qui semblent aujourd’hui bien désuètes et surtout révolues, mais elles faisaient, il n’y a pas si longtemps, réellement partie de la vie des paysans Gascons et de celle de tous les paysans de France.

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

À propos

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.