Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.

03 Nov

Le référendum Grec, ou le piège à gogo…

Publié par Michel Zordan  - Catégories :  #Réflexions du jour

drapeau-europeIl est super le buzz des Grecs, je dirais même stupéfiant, mais j'ai l'impression que tous n'ont pas compris.  L’Europe veut absolument refiler des milliards d’Euros à la Grèce, mais les Grecs n’en veulent pas. Non, non, nous ne voulons pas de votre argent, on va s’en sortir seuls, on va vous monter comment les descendants d’Alexandre le Grand sont capables de réagir. 

 

Le déficit cumulé de la dette grecque est de 385 milliards, soit à peu près 30 000 € par habitant. Comparé à celui des Français, ce n’est pas aussi extraordinaire que ça, nous en sommes à 25 000 € par habitant.

 

Le buzz orchestré par les Grecs depuis plusieurs mois est fantastique, il ne se passe pas une journée sans que nous n’entendions parler de ce petit pays de 11 millions d’habitants. 

 

Mais peut-être certains préparaient-ils ça depuis très longtemps, et le nouveau buzz, de loin le plus assourdissant en serait la preuve. 

 

Le premier ministre a proposé un référendum,  la question sera sans nul doute « voulez-vous rester dans la zone euro ? »

 

Vous pensez que c’est pour enfin donner la parole aux grecs, pour qu’enfin ils participent aux décisions, à l’avenir du pays, comme cela devrait se faire dans toutes les démocraties : grossière erreur. C’est juste pour qu’ils ne puissent pas venir se plaindre ensuite, lorsque qu’ils n’auront vraiment plus rien, mais vraiment plus rien.

Que va-t-il se passer, si les grecs répondent « non » au référendum ?  La Grèce n’aura d’autre solution que de se déclarer  en faillite.  Les dettes seront-elles épongées pour autant ?  C’est ce que beaucoup voudraient faire croire aux gogos, mais pas du tout.

 

Pour les dettes, un pays fonctionne comme une entreprise, ou comme une personne physique, les créanciers se

servent sur la dépouille encore chaude.  Chaque Euro emprunté par l’état grec, est garanti sur les biens du pays, jusqu'à épuisement du stock.  La Grèce va sans doute récupérer son ancienne monnaie,  la drachme, qui sera compte tenu de la dette et de la situation, très rapidement dévaluée.  La dette grecque  va donc se retrouver multipliée par 3, 4 ou même 5, du jour au lendemain (385 milliards d’euros X pour 4 ou 5.) 

 

À mon avis, demain ou même après-demain,  il y aura des affaires à faire en Grèce,  et le tourisme va redémarrer.  Certains français font du tourisme en Espagne juste pour acheter des cigarettes, mais l’offre des grecs est bien plus alléchante. 

 

Le but de ce grand buzz, c’était donc ça,  le business, mais qui a eu cette idée un peu…folle ? 

Je vois bien le slogan des autorités grecques : si vous venez chez nous, ce n’est pas pour acheter des olives, ou même des oranges, mais des immeubles, des monuments historiques, des œuvres d’art,  on liquide tout pour repartir de zéro.  Je suis même certain qu’il y aura un très grand nombre de maisons et d’appartements de particuliers à vendre, et pour pas cher.  Certaines banques françaises sont parties prenantes dans la dette grecque, vous pouvez donc les contacter très rapidement pour prendre vos dispositions.  Une maison de vacances en Grèce pour 3 fois rien, ça vaut quand même le coup, pensez-y, les liquidateurs feront le reste.

 

Les premiers servis seront les mieux servis.

 

Je crois que ceux qui vont se servir en premier, ce sont les grecs richissimes qui ont planqué  leur argent à l’étranger, dans les paradis fiscaux.  Ils vont en rapatrier « un peu » et racheter ce qui est le plus intéressant pour devenir encore plus riches. 

 

En quelque sorte,  ce référendum est un piège à gogo,  seuls les riches vont une fois de plus tirer leur épingle du jeu.

Dépenser sans compter, n’est pas une bonne idée ; et là où il n’y a pas de bonnes idées,  mais encore un peu d’argent, soyez certains que les spéculateurs rodent. Après la Grèce,  à qui le tour ?

 

PS : Vous allez peut-être penser que je suis contre les riches, c’est faux. Je suis juste contre les riches qui spéculent pour devenir encore plus riches et contre ceux qui les aident pour y parvenir.

Commenter cet article

UN PRESQUE RICH 07/11/2011 23:39


Ya rien de mal a etre contre les riches!!!
Si la crise es cree pas les speculateur qui sont riches et sur papier elle ne profitent qu'aux riches donc il est ligitime de dire fuck les riches!!!!!!!!!


Archives

À propos

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.