Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.

04 Jun

La louve de Notre-Dame

Publié par Michel Zordan  - Catégories :  #la louve de Vianne, #Un auteur du Sud Ouest, #Michel Zordan, #rentrée littéraire

la louve de Vianne-3Dans une France du XIII siècle, qui n’est pas encore tout à fait la France. Dans une petite bourgade, sise en Gascogne, pays d’Albret, à la frontière entre les fiefs d’Edouard Ier, roi d’Angleterre et ceux de Philippe III le Hardi, Roi de France. La guerre de Cent Ans, n’est plus très loin. Sur le mur extérieur de l’église Notre-Dame de Vilalongue, une louve dessinée au burin. Mais par qui et pourquoi ? Il est dans ce roman le secret de la louve de Notre-Dame. Dans ce triangle, entre Xaintrailles, Mongaillard, et Vianne, avec presque en son centre Lasmazères, et la source du Diable.

 

Extrait : Manguia était encore plus énigmatique qu’à son habitude.

– Tu me connais Manguia, tu peux me parler sans crainte.

– Tu le sais, nous les guérisseuses, nous avons une réputation assez néfaste. Les gens croient que nous sommes des sorcières, seulement parce que nous arrivons à soigner les êtres vivants. Ils pensent que nos pouvoirs sont surnaturels, que nous avons vendu notre âme au diable, à Satan en personne. Bien sûr, quelquefois on en fait un peu trop, mais ce sont les gens qui veulent ça. Pour eux tout ce qu’ils ne comprennent pas se rapporte à de la diablerie. Le pire est que tous ceux qui ont un semblant de pouvoir, ou même un peu de savoir, vont dans le même sens. Ils ne comprennent pas non plus, ils sont jaloux de nos connaissances, alors ils accusent. Or il n’en est rien, j’utilise des extraits de plantes, des insectes, parfois même des abats d’animaux. Après, tout n’est question que de formules que ma mère m’a transmises, et que sa mère lui avait transmises. Aucune sorcellerie dans tout ça, aucun pacte avec Lucifer. Juste des formules, comme le talmelier fait sa pâte avant de cuire son pain. On trouve normal que le pain gonfle sous l’effet de la levure et de la chaleur. Mais on trouve anormal que la plaie guérisse sous l’effet d’une médication.

– Manguia, je sais tout ça, mais quel rapport avec la louve ?

– Les loups, la louve, sont comme moi, nous engendrons les mêmes peurs. Ne dit-on pas que la bête noire est la réincarnation du Diable, qu’elle détient des pouvoirs maléfiques, qu’elle est capable de sortilèges. Pire encore dans notre coin de Gascogne, puisqu’elle y est assez rare. Les légendes et les rumeurs, précédant l’animal, l’entourent de mystères relayés par ceux qui affirment détenir le savoir, amplifiant les croyances populaires. Je suis persuadée qu’à la prochaine messe le père Anselme va faire son homélie sur la bête noire. Il va parler de cataclysme s’abattant sur notre terre. Je suis même persuadée qu’en ce moment il est déjà à Montgaillard à t’attendre. Discutant avec Jourdain de l’Isle afin que tu rassembles des gens pour organiser une grande battue. Il ne faut pas, il ne faut surtout pas. Cette louve ne doit pas mourir, mais il n’y a que toi qui puisses le dire, moi je serais bonne pour le bûcher. Tu dois absolument trouver une solution.

– Manguia, Jourdain est parti ce matin même pour ses terres de Gontaud. Mais que sais-tu de cette louve, d’après toi pourquoi est-elle venue par ici ?

– Gauthier, les louves vivent en meute, ou avec un mâle, jamais seules. S’il y avait une meute par ici, elle ne serait pas passée inaperçue. S’il y avait un mâle, c’est lui qu’on aurait aperçu chassant pour sa femelle prête à mettre bas. Or la louve qui chasse semble être seule, et c’est la première fois qu’elle se montre. Elle n’est pas ici par hasard, et l’erreur serait de l’occire. Gauthier, j’ai sauvé ton chien, et j’en sauverai d’autres, alors tu te dois de la sauver, elle, la louve.

– Manguia, je sais que tu ne m’as pas tout dit, mais je te comprends. Pour le moment, j’ai appâté la louve, après quelques jours je prendrai l’affût. Je veux la voir, être bien certain que c’est une louve, après, j’aviserai.

Manguia avait bien vu, à mon arrivée au château de Montgaillard, j’aperçus un âne dans la cour, la monture du père Anselme. Je constatai que son pelage présentait de larges plaques purulentes. Le religieux m’attendait assis sur un banc devant la chapelle. Il entra immédiatement dans le vif du sujet.

Pour le Père Anselme c’était une évidence, si la louve apparaissait chez nous, c’est que le Seigneur nous mettait à l’épreuve. Il alla même jusqu’à suggérer que c’était à cause du comportement de certains. Parmi ces « certains », moi, à cause de mon comportement quelque peu libertin et de mes fréquentations pas toujours bien avisées. Mais aussi à cause de Jourdain de l’Isle, le nouveau seigneur de Montgaillard, depuis que sa tante Vianne de Gontaut-Biron lui avait légué tous ses biens.

 

Commenter cet article

Archives

À propos

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.