Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.

16 Jan

L’Aquitania, ce pays volé par l’histoire

Publié par Michel Zordan  - Catégories :  #Édition ; culture ; littérature ; livre ; lecture ; écrivain ; critiques ; roman ; salon du livre ; Michel Zordan ; romans de terroir ; libraires ; librairie ; écriture ; prix littéraires

Auteur gaillard de la popie-2Michel Zordan - Extrait :  Au prochain solstice d’été toute la famille La Popie, celles  des Cardaillac, des Gourdon, et même des Barasc  sont invitées aux épousailles du protégé d’Amanieu VI, sire d’Albret. Un allié de poids résidant en Gascogne.  Ce protégé, Gauthier Valdemar, Seigneur de Lasmazères,  épouse Eléonore,  la fille de Raimon Gislebert, bailli de Nérac et de Dame Jeanne de Favresse. On ne sait trop rien sur les parents de ce jeune seigneur qui est parait-il très intrépide. Le sire d’Albret mise apparemment beaucoup sur lui. Le voyage jusqu’à Nérac prendra au moins quatre  jours.

 

Ce matin du quatorze juin de l’an 1276, à presque cinq cent nous  quittons le Quercy pour la Gascogne. Le point de ralliement se situe à Prayssac. À partir du quinze juin, une véritable petite armée converge vers le fief du Sire d’Albret pour assister aux épousailles de ce Seigneur de Lasmazères, qui m’est complètement inconnu. Je n’ai entendu prononcer son nom pour la première fois que lorsque nous avons reçu l’invitation. Mais qui est-il réellement pour que les seigneurs du Quercy et apparemment de toute la Guienne  lui accordent une telle importance ? D’après père, et grand-père Déodat ce mariage est juste un prétexte pour se rencontrer. Mais je suis persuadé qu’ils ont une idée bien plus précise sur  les raisons de ce rassemblement.

Officiellement, la Gascogne est possession de la Guienne,  et la Guienne des Anglais.  C’est Louis IX qui nous a vendus aux Anglais par le traité de Paris de 1259. Louis IX, dit « le bon » (pas pour nous, mais paix à son âme, il est mort à Carthage, sûrement empoisonné par ceux-là même qu’il avait trahis),  avait  officiellement échangé la Guienne aux Anglais contre d’autres possessions plus au Nord. Il n’y a plus guère que l’Agenais qui n’est pas encore tombé dans l’escarcelle des Anglais. Ce fief figure bien dans le traité de 1259, mais avec une mention spéciale, et Philippe III  le Hardi, Roi de France, fait trainer les choses.

 

 

En 1271, à la mort d’Alphonse de Poitiers, comte de Toulouse, bien que faisant partie de la Guienne, la plupart des seigneurs du Quercy ont hommagé en faveur de Philippe III  le Hardi, Roi de France, et dixième dans la dynastie des Capétiens. Mais c’est loin d’être le cas,  un très grand nombre de seigneurs de Gascogne et des autres contrées jouant double jeu.  Cette petite armée qui se dirige vers Nérac, c’est sans aucun doute pour convaincre certains que nos âmes ne sont pas à vendre. Les anglais d’Édouard Ier le Plantagenêt,  ne seront jamais les maîtres en Quercy et les quelques petits privilèges qu’ils accordent à certains ne sont que des leurres.

Commenter cet article

Archives

À propos

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.