Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.

13 May

Les exilés de l'Arcange - Volet 3 : Les prémices, il vient de sortir...

Publié par Michel Zordan  - Catégories :  #Un auteur du Sud Ouest

les prémices-copie-1Les exilés de l'Arcange - Volet 3 :  les prémices, il vient de sortir...

www.unauteur.com  pour connaître le librairie le plus proche de chez vous...
 

Auteur : Michel ZORDAN - ISBN 978-2-9532863-2-8 

 

Je croyais que tu t’étais débarrassé de l’analphabète? Tu sais, tu n’es pas obligé de te la traîner partout ! En moins de trois secondes, le visage d’Amandine passa de la stupéfaction..
 

 

Extrait : Avant que je puisse lui demander de préciser les circonstances, un gros nuage noir obscurcit notre horizon. Devant nous se tenait Etiennette avec ses tresses brunes. Je ne trouvais pas son nez si long que ça, ni même ses fesses si grosses, peut-être un peu potelées, mais pas si grosses. Ignorant complètement ma blondinette, la brunette me fixa,  un air de défit dans les yeux.
 
– Bonjour Sylvio, j’espère que tu n’as pas oublié ! Tu as promis de me faire danser.  
 
Je n’avais, bien sur, jamais promis quoi que se soit, c’était encore un coup tordu de la chipie. Sans attendre ma réponse elle nous tourna le dos, comme pour repartir, mais... Elle fit quelques pas, puis pirouetta.
 
– Je croyais que tu t’étais débarrassé de l’analphabète? Tu sais, tu n’es pas obligé de te la traîner partout !

En moins de trois secondes, le visage d’Amandine passa de la stupéfaction, à l’indignation puis… à la colère. Avant que je puisse intervenir, elle se leva et se jeta sur la brunette, la tirant par les tresses et la faisant chuter. Devant les clients médusés, les deux fillettes se livraient maintenant à une lutte acharnée à même le sol. Pugnace, ma blondinette pris rapidement le dessus, et les manches du chemisier de la brunette ne résistèrent pas longtemps. J’étais tellement surpris par la situation que j’en restai coi, sans réaction.
 
C’est Pierrette Malfeu, la patronne qui mit un terme à la bagarre.   
 
– Qu’est-ce que c’est que ce bazar ? Si à vos âges, vous vous battez déjà pour un garçon, vous n’êtes pas sorties de l’auberge !
 
A peine debout, la brunette, manches défaites et tresses en détresses, tourna les talons et partit, en chouinant, vers la sortie.
 
Ma blondinette, elle, se calma d’un coup. Elle épousseta son bras et le côté de sa robe, remit un peu d’ordre dans ses cheveux et se rassit presque comme si de rien n’était. Ses yeux bleus étaient juste un peu plus brillants.
 
– Ça m’a fait du bien, il y a longtemps que je voulais la moucher cette morveuse. Elle l’a bien cherché : analphabète, analphabète, c’est elle qui fait des dictées avec plus de trois fautes par mot. Et puis, je sais que tu ne lui as rien promis ! Tu ne lui as rien promis, n’est-ce pas ?
 
– Bien sur que non, tu le sais bien. Elle a fait ça parce qu’elle est jalouse, c’est tout !
 
– Tu crois qu’elle va revenir avec sa mère ?
 
– Vu l’état de son chemisier, je pense que oui. Il vaudrait mieux ne pas traîner ici et revenir ce soir avec papa et madame Eliette.
 
Dans la soirée, Pierrette Malfeu nous expliqua que madame Rambalin était effectivement venue demander des éclaircissements. La patronne du café avait répondu que c’était sa fille qui avait déclenché les hostilités.
 
A plusieurs reprises, Amandine m’entraîna sur la piste. Rapidement je compris que de nombreuses leçons seraient nécessaires avant que les pieds de ma partenaire ne soient complètement épargnés. On ne vit pas les Rambalin de la soirée.

Commenter cet article

Archives

À propos

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.