Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.

17 Jan

Gaillard, Seigneur de Saint-Cirq

Publié par Michel Zordan  - Catégories :  #collection contes et légendes, #Michel Zordan, #Gaillard, Seigneur de Saint-Cirq, #rentrée littéraire

 

Collection contes et légendes - En 1259 le Capétien Louis IX, dit Saint-Louis, et le Plantagenêt Henri III, signe à Paris un traité qui abandonne à l’Angleterre un grand nombre de provinces du sud-ouest de la France. Le Limousin, le Périgord, la Guienne, la Gascogne le Quercy, l’Agenais, la Saintonge et une partie de la Charente, passe officiellement sous suzeraineté Anglaise. Pour un très grand nombre de seigneurs français, c’est une trahison. Cet accord censé apporter la paix sera au contraire l’élément déclencheur de la guerre de Cent Ans. Mais plus encore, puisqu’il est, semble-t-il à l’origine de la naissance d’un royaume, un nouveau royaume façonné au fil de l’épée.

Dans les mois qui suivent ce traité, plusieurs seigneurs du Quercy et non des moindres se rebellent. Les Anglais n’ont rien à faire chez nous. Chez nous, c’est la truffe, le foie gras, le confit d’oie et de canard. Le lièvre à la royale, l’agneau du Quercy, les salaisons de pourceaux, les génisses d’Aubrac, le fromage de chèvre, l’huile de noix, et le vin de Cadurcia. Rien à faire des pâtisseries gélatineuses, du pouding, des rôtis bouillis et de l’eau chaude sucrée. Chez nous, la gastronomie est un art, pas un truc juste bon à se caler l’estomac. Conscient du cataclysme qui risque de s’abattre sur eux, les La Popie, les Cardaillac, les Gourdon, les Barasc, et bien d’autres, hommagent une grande part de leurs biens, au comte Alphonse de Poitiers. Alphonse de Poitiers, comte de Toulouse n’est autre que le frère de Saint-Louis, Roi de France. Mais chacun n’y voit pas les mêmes intérêts.

 

Gaillard, Seigneur de Saint-Cirq 

ISBN 979-10-92612-14-1   -  138 pages 

 

Gaillard, Seigneur de Saint-Cirq -  volet 2, collection contes et légendes 

 

 

Jeanne Hermensende herboriste de son état habite la ferme de Manguia, sise sur la commune de Vianne en Gascogne. Je l’ai rencontré sur un marché fermier, il y a quelques semaines. Après un échange de quelques mots, nous sommes devenus amis. J’ai tout de suite remarqué que Jeanne n’est pas un être ordinaire. Taquinant ma curiosité, elle m’invite dans sa ferme, me promettant d’en dire plus sur la louve, la louve gravée au burin sur l’une des pierres de l’église de Notre-Dame. Lors de ma première visite, je découvre à l’orée d’un bois la maison à colombages. Jeanne ramassant des plantes médicinales dans la campagne est absente. Attendant son retour, un insolite grimoire posé sur une table attire mon attention. Tout à-côté, une carafe pleine d’un étrange breuvage doré, fin et transparent. Le soleil cogne déjà fort et j’avise à quelques mètres, sous un magnifique chêne sûrement plusieurs fois centenaire un fauteuil de bois, le fût du chêne servant de dossier. Après quelques gorgées du mystérieux élixir, j’ouvre l’ouvrage et une étrange histoire, celle de la louve de Notre-Dame envahit mon être, jusqu’à en perdre la notion du temps et du lieu. J’apprends que la ferme était celle de Manguia la guérisseuse, d’où son nom. Et que le chêne sur lequel j’appuie mon dos a été planté par Gauthier Valdemar au Premier de l’an 1276.

 

Je ne peux résister à l’envie de retourner à la ferme de Manguia. À mon arrivée ce matin de bonne heure, comme la fois d’avant, ramassant des plantes dans la campagne, Jeanne est absente. Mais un autre grimoire et une autre carafe de l’étrange élixir sont là, sur la table. N’attendant que moi pour un nouveau grand voyage dans les méandres des contes et des légendes nés de l’imaginaire de nos anciens. Embellis à maintes et maintes reprises par le narrateur, poussant jusqu’à l’exagération, juste pour le plaisir de voir les yeux des enfants écoutant à la veillée, plus écarquillés encore, s’extasiant, sans jamais se lasser. Une fois de plus je m’assieds dans le fauteuil de bois, et adossé au grand chêne, je découvre les premiers mots sur la première page de ce nouveau grimoire. Ce village, ce seigneur de Saint-Cirq Lapopie, ce gouffre de Padirac, je les connais un peu. Mais rapidement…

Commenter cet article

Archives

À propos

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.