Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.

09 Mar

Gaspard

Publié par Michel Zordan  - Catégories :  #Michel Zordan, #Un auteur du Sud Ouest, #roman

Je remarque immédiatement la tenue très, très…de Nina. Short en jeans  façon grunge, très moulant,  très sexy, et son top, est encore plus sexy et surtout plus petit. Il fait chaud, très chaud, mais d’un coup la température bondit de  plusieurs degrés.  Nina s’avance vers moi, et me claque un petit baiser sur la bouche.

– Bonjour Gaspard,  ça fait plaisir de te revoir, tu m’as manqué !

Cette garce,  elle sait qu’elle est belle et qu’elle me fait de l’effet. De toute façon elle doit faire de l’effet à tous les garçons, et pas que…Le spectacle des feux tirés depuis des barges sur la Garonne est magnifique, mais mes yeux sont constamment attirés par les courbes affriolantes de Nina. S’en est presque indécent, déplacer. Heureusement le spectacle des feux est grandiose et il n’y a sans doute que moi qui suis distrait.  Putain ce cul, ces jambes, prolongées par ces échasses rouges à talons,  et cette poitrine, un délice, mais en même temps un véritable supplice chinois.

Gaspard, s’il te plaît, un peu de tenue, reprends-toi ! Imagine-toi à une table de poker et imagine que Nina soit une très belle main. Une Quinte Flush, ou même une Quinte Flush Royale, te comporterais-tu de cette façon-là ? Sûrement pas Gaspard, alors, s’il te plaît reprend tes esprits. J’ai beaucoup de mal, mais je parviens à me contrôler.

Le bouquet final tiré, Hugo nous invite chez lui. L’eau de la piscine est à point, on pourra piquer une tête.

– Gaspard, tu as ton scooter, je peux venir avec toi ?

– Dommage Nina, mais je n’ai qu’un casque. Un pour deux ça ne va pas le faire !

Nina, minaude, et joue les ingénues.

– Gaspard, s’il te plaît, la villa des parents à Hugo n’est pas si loin, en passant par les raccourcis. Tu sais, en venant ici, j’étais à côté de Gaëtan, dans la voiture de Hugo, un vrai pickpocket celui-là.

– Désolé Nina, mais non… cette fois, ce n’est pas possible. Il y a des flics partout.

Maintenant, elle fait la moue et menace comme une gamine.

– Si je ne peux pas venir avec toi, je préfère rentrer seule à la maison. C’est tard, j’aurai à prendre des petites rues, mais tant pis…

Cette fille est impossible. Attifé comme elle est, il est certain qu’elle ne va pas rester très longtemps seule. Bon, après tout, sur le scooter, elle sera derrière moi, je ne la verrais pas de tout le trajet.

– D’accord, mais si… on verra bien, je t’amène…

Sur le trajet qui nous ramène vers le parking, Nina est littéralement collée à moi. C’est agréable et gênant en même temps.

Je n’ai qu’un casque, et il est pour Nina. Ce n’est pas la première fois que je transporte Nina sur mon scooter, mais jamais elle ne s’était accrochée à moi comme aujourd’hui. Je suis un peu mal à l’aise et pressé d’arriver. Une pensée me traverse tout à coup l’esprit, Hugo a parlé de piscine, mais avec quels maillots ? Une autre pensée me traverse aussitôt l’esprit, cette fois Gaspard pas d'excès d’alcool. Avec les filles les situations peuvent rapidement évoluer et à mi chemin Nina ne susurre à l’oreille.

– Gaspard, j’ai un peu froid, nous ne sommes pas très loin de chez moi, tu pourrais faire un petit détour. Je m’habillerai un peu, et  j’en profiterai pour prendre mon maillot de bain.

C’est la dernière phrase de Nina qui me décide.

Il est presque une heure du matin lorsque je stoppe mon scooter devant la petite villa de la maman de Nina. Elle a sa clé,  et m’invite à entrer mon scooter sur l’allée du jardin.

–  Nina, je vais t'attendre ici. Ne traîne pas trop, il est déjà une heure.  

– Gaspard, il fait chaud, ça va durer toute la nuit, nous avons tout notre temps. Entre un instant, tu as certainement soif, un verre d’eau,  un coca ! Maman est à son travail.

L’invitation est très directe.  Lorsque je la vois me précéder  sur ses échasses,  tortillant des fesses, dans son petit short moulant, et son mini top,  je n’y résiste pas. Putain, j’ai oublié mes capotes !  Je ne peux pas louper une occasion pareille,  faudra improviser.  

– Allons dans ma chambre, on y sera plus tranquille !

Putain, je suis piégé. Magnifique piège, mais piégé quand même. Gaspard, respire un bon coup, tu ne dois pas t’affoler, ni perdre tes moyens.  Nina me précède dans l’escalier.  Elle ouvre la porte de sa chambre, s’arrête, éteint la lumière du couloir et allume celle à l’intérieur.   Moi,  je suis encore sur le palier, elle se positionne de profil dans le contre-jour, une véritable mise en scène.

Commenter cet article

Archives

À propos

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.