Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.

07 Nov

Turbulences champêtres

Publié par Michel Zordan  - Catégories :  #Un auteur du Sud Ouest, #le net au pré, #Michel zordan

Le milieu dans lequel  évolue cette histoire,  c’est la campagne du Sud-ouest. Une campagne ou flotte toujours un soupçon  de calme et de sérénité. Une campagne encore accrochée à ses clichés d’hier, où l'on veut vivre comme avant, mais avec le modernisme et les contraintes d'aujourd'hui. Une campagne du 3e millénaire, avec  Internet, le portable et même le GPS.  Une campagne souvent incomprise, en proie aux doutes. 

Ici, à  Saint-Jean-sur-Automne, la situation est encore plus alambiquée qu’ailleurs. En quelques mois et grâce au curé, le père Deslandes,  le bourg a acquis une notoriété certaine, et même durant l’hiver, quantité de touristes font le détour. Cette célébrité soudaine  a aussi eu pour effet de faire gonfler  le nombre d’étrangers voulant y résider. Pour les habitants,  c’est selon. Pour ceux qui pensent n’avoir rien à gagner (sinon des em…), le coupable est tout trouvé. Un curé, c’est fait pour dire la messe, célébrer les mariages, les baptêmes et enterrer les morts, pas pour faire du commerce à l’ancienne. Pour d’autres, les plus éclairés (enfin peut-être), ceux qui ont un peu, ou beaucoup à gagner,  le curé est le sauveur. C’est celui qui a montré la voie. Une  lumière peut-être divine est apparue dans le ciel de notre magnifique Sud-ouest, et notre saint-homme a su  trouver le premier « l’interrupteur ».

Je fais les présentations. D’abord,  les Beaumont, de la ferme du Bouscarot.  Martial, le fils, et  le narrateur, Marcel, le papa, et Amélie la maman.  Ensuite, viennent tous les autres,  les bons, les méchants, les pas très futés, les ni trop bons ni trop méchants.  L’étranger qui s’installe sans bruit, et ceux qui le tolère du bout des lèvres. L’étranger qui s’impose, et  ceux qui le rabrouent.

Depuis quelques mois, notre bourg compte deux envahisseurs de plus, Ashley et Daryl Maxwell, des Anglais de Londres. Ces pauvres pigeons ont jeté leur dévolu sur le Moulin de Saint-Jean, une ruine envahie par les ronces, et quelques terres en friche. Sacrés angliches, pas très futés. Ces réactions, c’était avant qu’ils ne la fassent entièrement restaurer, maintenant… Le problème avec les Anglais, c’est qu’ils  ne s’intègrent pas. Ils vivent entre eux. Et surtout, ils mangent comme chez eux ; en Sud-ouest, c’est un crime. En plus, ils ne font jamais travailler les locaux, ils apportent tout d’Angleterre. Disons le clairement, ils se comportent comme des étrangers.  Ne  voyez aucun a priori dans mes propos, dire du mal, c’est pas vraiment mon truc.  Et Ashley...enfin…

 

Commenter cet article

Archives

À propos

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.