Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.

04 May

les 3 faces du miroir

Publié par Michel Zordan  - Catégories :  #Michel Zordan, #Un auteur du Sud Ouest, #rentrée littéraire

La politique est un art des plus violents qui soit. Pour exister, les individus souhaitant faire partie du cercle doivent exceller dans l’art de la manipulation et des coups bas. La politique spectacle, c’est leur quotidien et le nôtre. Il suffit pour s’en convaincre d'observer les médias mettre en scène ces artistes pas comme les autres, profitant au passage de l’aubaine. Lorsque j’écris aubaine, je veux parler de ces millions de personnes fébriles, exaltées, y croyant dur comme fer, s’agglutinant derrière leurs petits écrans, pour suivre la prestation de leur champion et invectiver les adversaires. Pour atteindre le pouvoir, les candidats et ceux qui gravitent autour, doivent être capables de tous les coups, plus tordus les uns que les autres. Comment peut-on faire confiance à des individus qui sont capables de toutes les bassesses possibles en représentation, et qui, dès le rideau tombé, se complimentent, se congratulent, comme si de rien n’était. Comme s’ils venaient de jouer dans une pièce de théâtre. Nous prennent-ils pour des simples d’esprits ? Sans hésitation : oui !

 

Attention, ceux qui veulent atteindre le pouvoir, et ses privilèges, sont capables d’aller très loin pour atteindre leur but. L’histoire qui suit pourrait très bien s'inspirer d’un fait réel, apparemment, il n’en est rien. Ou alors… l’auteur fait partie du sérail, de la meute…

 

Pour une personne qui n’aime que la ville, le coin n’est peut-être pas des plus intéressants, mais il est resté inscrit dans la mémoire de Raphaël comme une marque d’origine indélébile. Nous sommes en Ardèche, à Monségur, petit village authentique d’une cinquantaine d’âmes, accroché à une colline escarpée. Ici, c’est la vraie campagne, celle qui ne change pas et qui ne veut pas changer. L’homme a construit sa vie ailleurs, mais il est revenu à la Piérade, la maison de grand-père Rodrigo et de grand-mère Jeanne, sur les traces de son enfance. Sans doute pour y retrouver ses racines, les images d’Épinal qu’il a construites dans cette campagne ardéchoise, en espérant reprendre le fil. Mais ce retour aux origines a peut-être une autre signification. Lorsqu’on regarde derrière lui, il semble n’y avoir plus rien, que des souvenirs. Mais lui y voit deux points. Deux points qui prennent jour après jour, de plus en plus d’importance. Et puis ces deux points disparaissent, et la haine, sentiment qu’il ignorait jusqu’alors arrive, et l’oblige même à repartir sur un chemin qu’il sait tortueux, chaotique.

 

Commenter cet article

Archives

À propos

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.