Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.

06 Sep

les trois faces du miroir

Publié par Michel Zordan  - Catégories :  #Michel Zordan, #Un auteur du Sud Ouest, #rentrée littéraire

les trois faces du miroir
les trois faces du miroir

Extrait : – Mes respects Monsieur, merci pour toutes vos flatteries, mais ça fait quand même plaisir à entendre. J’ai eu de la chance, nous avons eu de la chance, mais la chance, il convient de la provoquer. Avec quatre agents parmi les meilleures, qui veillaient sur moi, sans compter tous les autres dans les coulisses, et ceux restés à l’extérieur, toutes les précautions étaient prises. Une opération comme celle-là ne s’improvise pas. Quant à l’arme utilisée par le tueur, elle n’est pas si rare. Au moyen âge déjà, et même plus tard, certains guerriers équipaient leur avant-bras d’une attelle avec un système de crocs très acérées, qui permettaient de déchirer la gorge des adversaires. Les joueurs de poker, au far-ouest cachait dans leur manche un derringer, au cas où…Pour les concepteurs de jeux vidéo, les producteurs de films de dessins animés, les films de science-fiction, ou même de simple fiction, c’est même un classique. Aujourd’hui, la réalité dépasse largement la fiction. Les Américains utilisent déjà des robots tueurs pour abattre des snipers. La technologie bionique permet à une personne appareillée de contrôler son bras, ou sa jambe, grâce à son cerveau. Il suffirait qu’un scientifique mal intentionné veuille équiper la prothèse d’une arme à feu, et le tueur n’aurait même pas besoin de détente. Il suffirait que son cerveau donne l’ordre de tirer. Mais nous n’en sommes pas encore là, enfin j’espère. En ce qui nous concerne, les tirs étaient opérés à partir d’une arme du genre semi-automatique, canon, chargeurs, et détente à impulsion électronique high-tech. Le tireur tenait en appui sa prothèse de bras armé, sur sa main gauche. Son coude et son avant-bras gauche servant de trépied. Mais ce sont ses lunettes avec système laser incorporé qui permet une visée sans faille. Et grâce à un clavier tactile situé sur l’avant bras de la prothèse, le pouce de cette main gauche peut déclencher les tirs, six au total, en deux, à trois secondes. On retrouve cette technologie dans les boites de vitesse des formules 1. Le bras, est un bras artificiel classique, canon oblige, rigide, et non bionique. Il ne sert qu’à planquer l’arme et son système. Une bonne vieille mécanique qui a fait ses preuves, associée à de l’électronique high-tech, très fiable et de très haut niveau. Le lieutenant Audebert devait agir avant que le tueur n’impulse le premier tir, c’est ce qu’elle a fait, et très bien fait. J’ai en tête une expérience qui remonte aux années 1980. Une agent de l’AVO, la police secrète hongroise, cachait une arme à feu dans son bras mécanique. Elle était bien moins sophistiquée que celle de notre tueur, notamment la mise à feu et le nombre de coups limité à un seul, mais ça surprend toujours les adversaires. Je ne serais pas surpris si l’initiateur de cette arme était un Russe, ou un Hongrois, ou même un Bulgare. Ils ont toujours aimé se distinguer. Le coup du parapluie bulgare n’est pas une légende, mais il y avait une variante à la seringue de poison. L’arme à feu classique qui pouvait tirer, non pas un, mais deux coups.

Commenter cet article

Archives

À propos

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.