Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.

01 May

la villa du truand

Publié par Michel Zordan

la villa du truand
la villa du truand

Extrait : Je ne comprends pas les raisons qui m’ont si longtemps retenue dans en France tournée vers le moyen-âge, nostalgique des privilèges, à courber l’échine devant des seigneurs qui n’ont toujours pas compris que nous sommes au XXIe siècle. Que l’ouverture aux marchés du Monde entier est une chance et une opportunité qu’il faut absolument saisir. En réalité, je pense qu’ils l’ont compris, mais pour espérer prospérer dans leur métier de politiciens, leur stratégie doit être bien différente de celle des patrons. Notre job est de gagner de l’argent pour prospérer, le leur, est de nous en taxer un max, afin de le distribuer, tels de généreux donateurs dans le but d’être réélu. C’est bien connu, le chien ne mord pas la main qui le nourrit.

En 2005, mes trois compagnies emploient plus de 1000 salariés. Le chiffre d’affaires a été multiplié par 15. Les bénéfices pratiquement exonérés d'impôts ont bien entendu suivi.

Une chose que j’appréciais par-dessus tout, et qui contrastait du tout au tout avec la France, était l’aide que nous apportaient les autorités. Que ce soit en Espagne, en Angleterre ou même en Irlande, nous n’étions pas considérés comme des profiteurs, comme des salauds, mais plutôt comme une aubaine à caresser dans le sens du poil. Même le citoyen lambda nous respectait. Nous gagnions beaucoup d’argent, mais le pays en profitait en prospérant. Tous avaient compris que pour avoir des œufs, il fallait chouchouter les poules.

Puis l’heure de la retraite sonne, et je vends mes actions au prix fort, très fort même, à un important groupe chinois. Pour un patron, le déclic pour la retraite, c’est lorsque la motivation de gagner plus d’argent encore, s’effrite. Il est alors temps. Je place alors mon pécule dans plusieurs paradis fiscaux, et je n’ai plus qu’à me la couler douce, le restant de mes jours. Vous pensez que le fisc français va me tomber dessus ?

Commenter cet article

Archives

À propos

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.