Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.

05 Jul

la villa du truand

Publié par Michel Zordan  - Catégories :  #Michel Zordan, #médias, #Un auteur du Sud Ouest, #roman

la villa du truand
la villa du truand

extrait : Comme à son habitude, mon ami Enzo n’a pas lésiné sur les moyens. Le buffet est grandiose, les cornes d’abondances disposées ça et là, rappellent que la Rome Antique, vivait dans l’opulence et le plaisir. Pris dans l’ambiance, je me laisse entrainer par deux jolies nymphettes, vêtues façon centurions à la plage, vers le Colysée. Lorsque nous prenons place dans les gradins, l’ambiance est voluptueuse, légère, mais tintée de désirs contenus. Les combats qui se déroulent dans les arènes n’ont rien à envier à ceux qui s’y déroulaient d’antan. Nous sommes plus d’une cinquantaine à emplir nos sens des jeux érotiques de ces gladiateurs d’un autre temps. Leurs empoignent, émaillées de soupirs et de gémissements peuvent nous sembler « bestiales », mais elles nous rappellent seulement que les humains ne sont que des animaux dressés, prisonniers des grilles des doctrines. Esclaves de dogmes, dont le seul but est de contrarier le naturel, pour obéir aux dessins de castes qui ce sont auto-désignées supérieures et moralisatrices. Détentrices usurpatrices du savoir qui détermine le bien et le mal, ces castes nous imposent le correct et le non correct. Ce que devons penser et ce qu’il est interdit de dire, ou de faire. Ceux qui sont là devant nous, ne sont pas des exhibitionnistes, mais des esclaves libérés du carcan moralisateur. Ils ont juste défait leurs chaînes et sont retournés pour un temps, aux origines de la vie, sans entrave aucune. Cette vie qui ne répondait très certainement qu’à une seule loi : l’instinct de survie. Celle de l’espèce, bien sur. Petit à petit, le spectacle nous imprègne plus encore de cette liberté que nous avons pour habitude de réfréner, et de cacher sous des draps. Nos gestes sont d’abord timides, puis plus francs. Petit à petit, les gradins se libèrent. Pour la plupart des spectateurs, le dressage opéré pas les castes usurpatrices et moralisatrices n’est pas complètement défait, et nous partons cacher cette part d’animalité soi-disant humanisée que nous avons bien heureusement, su garder ancré en nous. J’envie ces gladiateurs mâles et femelles qui savent, qui ont la capacité de retourner pour un temps dans la genèse de la vie sur terre, libre de toute entrave. Mais ces éléments des origines, ne répondaient-ils qu’à une seule loi, la survie de l’espèce ? Si ce n’était que de l’instinct, le plaisir, à quel moment nous est-il parvenu ? L’homme de Cro-Magnon, et celui de Neandertal prenaient-ils du plaisir, ou agissaient-ils par instinct, juste pour perpétuer l’espèce, comme semble le faire les animaux ? Tout compte fait, le plaisir est peut-être né des frustrations, des interdits dressés et inventés par des esprits moralisateurs. Comme une parade, une résistance, un pied de nez fait aux imposteurs, que des humains enchaînés, désireux de retrouver pour un temps leur condition animale, primaire, consomment en cachette. Autant de questions auxquelles il est très difficile de trouver des réponses. Sinon les réponses de ceux qui croient savoir, et qui ne savent rien, mais qui veulent imposer. La soirée se déroule autour des fontaines de jouvence, les jets d’eau fraîche, et de la piscine, dans une saine euphorie. De temps à autre, quelques convives disparaissent derrière des paravents censés les protéger des yeux inquisiteurs, puis ils reviennent libérés pour un temps de leur désir charnel. Ici, nul besoin d’aphrodisiaques pervers, d’artifices malfaisants, d’images virtuelles ou synthétiques. Que des fruits, du vin, de l’eau, des mets authentiques et de vrais corps, fait de chair et de sang. Ce retour aux sources des origines pourvoit à tout ce que l’humain peut désirer. Le véritable bonheur, c’est très certainement ça, s’affranchir de tous les interdits liés au plaisir, à tous les plaisirs. La nuit s’écoule lentement, la douce musique du plaisir, s’accompagnant des milliards d’étoiles dessinant délicatement la voûte céleste.

Commenter cet article

Archives

À propos

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.