Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.

24 Sep

un héritier à L'Arcange

Publié par Michel Zordan  - Catégories :  #Un auteur du Sud Ouest, #les exilés de l'arcange, #Michel Zordan

un héritier à L'Arcange
un héritier à L'Arcange

extrait : À notre retour à L’Arcange, le Général nous attend devant la maison, Tarzan est assis à ses pieds. Nous sommes seuls, grand-père, Fabien et moi. Julien, et Mariéta sont passés par Floréal, prendre du pain. À peine sommes-nous descendus de voiture, qu’il s’avance.

– Émilio, je suis désolé pour ce matin, j’aurai pu intervenir, mais j’ai la tête ailleurs en ce moment. Je sais que vous êtes déjà dans les ennuis, mais je tiens absolument à m’expliquer. C’est Martial, je viens de le raccompagner à la gare d’Agen, il est reparti dans sa garnison à Paris. J’avais la promesse des hautes instances militaires qu’il ferait l’intégralité de son service militaire en France. Mais ça ne va pas être possible, il va partir pour l’Algérie, très certainement avant la fin de l’année. J’ai remué ciel et terre, j’ai même appelé le Général. Il ne peut pas et ne veut surtout pas intervenir. Le sujet est trop sensible. Tout est parti d’une liste qui a circulé, dans les rédactions parisiennes. Vous savez comme moi que le gouvernement a décidé de modifier une fois de plus la durée du service militaire. De 18 mois, il est passé à 27 mois. Aujourd’hui il n’y a même plus de durée limite, certains jeunes sont sur le terrain depuis 28 ou même 30 mois. Ils ne connaissent même pas la date de leur démobilisation. Sur cette liste figurent les noms de jeunes soi-disant « pistonnés » qui se la coulent douce en France. J’ai appris que cette garce de marquise Garance De Périsac, la journaliste du torchon Le Dépendant de Paris en est à l’origine. Le nom de Martial est en tête de liste. Difficile d’expliquer qu’un jeune de 23 ans, en pleine possession de ses moyens, fils de Général de surcroit, reste « planqué » en France dans des bureaux, alors que de jeunes hommes, certains mariés, de familles modestes se font trouer la « paillasse » dans le djebel. C’est exactement les mots qu’elle a utilisés. Le gouvernement a réussi à éviter que les articles paraissent dans les journaux, la censure a mis son veto, mais pour combien de temps. L’état-major n’a pas voulu prendre de risque et a pris les devants. Martial était officieusement informé depuis presque un mois, et il ne m’avait rien dit. Il n’avait bien sur rien dit à sa mère non plus. Moi, je l’ai appris il y a une huitaine de jours par mon ami, le ministre des Armées en personne, Pierre Mesmer. Il était dans la Légion, nous nous sommes connus à Colomb-Béchar, en 35, ou 36. Officiellement rien n’a encore été décidé, mais Mesmer a été formel, Martial partira en Algérie avant la fin de l’année. Je ne sais pas comment avertir Éliette, elle ne va pas s’en remettre. Imagine que cette sale garce de marquise Garance De Périsac réussisse à sortir ses articles et qu’une bonne âme de Floréal les lui montre. Elle replongera dans la folie, c’est certain. Je sais que vous êtes déjà dans les ennuis, mais je ne sais pas comment m’y prendre.

Commenter cet article

Archives

À propos

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.