Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.

09 Mar

Un héritier à L'Arcange

Publié par Michel Zordan  - Catégories :  #les exilés de l'arcange, #Loisirs&Culture, #les exiles de l'arcange, #Michel zordan, #roman, #rentrée littéraire, #Michel Zordan

Un héritier à L'Arcange

Extrait :Lorsque derrière moi grand-père prend la parole, je sais que monsieur Masson, banquier de son état va en prendre pour son grade. S’attaquer aux paysans n’est pas chose à faire en sa présence. Son expression en dit long sur sa façon de penser.

Monsieur le banquier, vous pensez réellement que le métier de paysan n’a pas besoin de jeunes à la tête bien pleine ? Vous pensez donc que pour travailler dans l’agriculture savoir compter sur les doigts d’une main et savoir écrire son nom avec moins de trois fautes est largement suffisant ! Vous vous trompez monsieur le banquier, pour se développer, l’agriculture française a besoin de jeunes, bien instruits. Depuis la nuit des temps, en France, mais pas que. C’est exactement la même chose dans tous les pays du Monde, on ne laisse à l’agriculture que les laissés pour compte de l’éducation nationale. Quand les familles de paysans n’ont pas les moyens financiers de faire poursuivre les études à leurs enfants, ou quand ceux-ci apprennent mal, ou pas trop bien, ils sont vite poussés dans la vie active. Alors, faute de mieux ils deviennent domestiques, ou dans le meilleur des cas, ils travaillent sur la ferme avec leurs parents. Le problème est qu’ils n’ont pas encore véritablement appris à apprendre, et auront beaucoup de mal à évoluer dans un monde qui lui, évolue très vite. Par contre, quand un jeune de la campagne obtient une mention au baccalauréat, on le capte immédiatement, on le forme, on le corrompt même, afin qu’il mette son intelligence au service des gens comme vous, pour exploiter les plus mal lotis. Ça doit changer, et heureusement ça commence à changer. Il nous faut des jeunes à la tête bien remplie, capables de sortir l’agriculture française du Moyen-âge, monsieur le banquier. Des jeunes capables de résister aux exploiteurs et aux spéculateurs de votre espèce. Il ne suffit pas de savoir faire pousser du blé, ou même de savoir faire de l’excellent armagnac, monsieur le banquier, il faut aussi savoir le vendre. Dans le monde agricole, les spéculateurs et les exploiteurs jouent du coude à coude, il y en a de plus en plus. Le filon doit être bon. Ces messieurs bien mis veulent faire croire aux paysans qu’ils n’ont qu’à rester à la ferme, à nettoyer le derrière des vaches, comme vous le dites si bien ; eux se chargeant du reste, encaissant au passage la plus grosse part des bénéfices. Vous êtes comme des tiques sur le dos des chiens, vous sucez le sang jusqu’à la dernière goutte ; et quand on y regarde de près on s’aperçoit que vous ne servez absolument à rien. Votre banque par exemple, l’argent qu’elle prête, il n’est même pas à elle. Contrairement à ce qu’on voudrait nous faire croire, l’agriculture ne sortira pas de l’impasse grâce aux beaux penseurs qui usent leur fond de pantalon dans un fauteuil, derrière un bureau. Elle sortira de l’impasse, elle se modernisera grâce aux hommes et aux femmes sur le terrain. Baptiste a fait le choix de prendre ma succession, dans ma ferme de Gascogne. J’en suis très fier. Personne ne l’a obligé, et surtout il apprenait très bien à l’école, alors il avait le choix. Allez vendre votre discours à d’autres, monsieur le banquier, Baptiste a déjà choisi. Un petit détail, il n’y a pas de vaches à L’Arcange, mais peut-être que Baptiste va y remédier.

Commenter cet article

Archives

À propos

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.