Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.

17 Apr

les prémices

Publié par Michel Zordan  - Catégories :  #Un auteur du Sud Ouest, #roman, #Loisirs&Culture, #Littérature, #les exilés de l'arcange

les prémices

Les exilés de L'Arcange - Extrait : Située à presque cinq kilomètres de Floréal, L’Arcange avait été abandonnée par le dernier métayer, tout juste cinq années avant notre arrivée.

Je me rappelle fort bien ma première visite dans la maison. Sa curieuse toiture aux multiples pans, et ses pièces rajoutées au fil des siècles, m’avaient tout de suite persuadé que cette inestimable bâtisse recélait des secrets et des mystères enfouis depuis la nuit des temps. Ce que nous découvrîmes quelques mois plus tard dépassa toutes mes espérances. Après bien des péripéties, nous étions maintenant certains d’avoir enfin trouvé un refuge, notre refuge. En septembre dernier, le père Guillaume, un religieux de l’abbaye de Flaran, nous avait appris l’origine du nom de L’Arcange. Ce que nous savions maintenant de cette humble maison, de ces murs qui nous entouraient, hissait L’Arcange à un rang bien supérieur à celui de simple demeure et nous confortait dans l’idée que le hasard seul ne pouvait pas nous avoir conduits jusqu’ici. Nous étions maintenant certains, enfin surtout moi, que L’Arcange avait encore beaucoup à révéler. Il ne tenait qu’à nous de continuer à tourner les pages de ce livre intemporel pour découvrir l’histoire que d’autres avaient écrite. J’étais également persuadé que, plus tard, dans les tourments qui ne manqueraient pas de survenir, L’Arcange nous servirait encore et toujours de refuge.

Notre installation dans cette maison, après seulement six mois passés en France, n’avait pas manqué de susciter de la jalousie et de la haine parmi les habitants de Floréal.

Après quelques mois très tumultueux, le calme était enfin revenu. Malheureusement, l’accalmie fut de courte durée et le malheur nous rattrapa en septembre dernier, quelques jours avant l’arrivée d’Amandine, avec le double assassinat de la Rondouillère. L’insolence du sort avait voulu que notre famille fût mêlée de très, très près à cette affaire.

Edmonde de Barsac, que papa surnommait affectueusement la Dame en Blanc, avait alors proposé à Mariéta de rester auprès d’elle à Paris, afin, disait-elle, de la préserver des conséquences de cette terrible affaire. En réalité, pratiquement abandonnée par sa famille qui résidait à l’étranger, la Dame en Blanc souhaitait que ma sœur demeure définitivement à ses côtés pour lui tenir compagnie.

Notre famille avait fait la connaissance de cette pétillante vieille dame dans des circonstances assez extraordinaires.

Ce vendredi 3 février lorsque je me levais pour aller à l’école, le paysage était d’un blanc immaculé. Dix à quinze centimètres de neige recouvraient la campagne. Déjà debout, papa préparait le petit déjeuner, pendant que Patou et Victor, couraient comme des fous dans la poudreuse. Ah oui, il faut quand même que je vous dise, Patou et Victor sont nos deux chiens.

– Je crois qu’aujourd’hui tu ne pourras pas aller à l’école, ça m’étonnerait que madame Eliette se risque sur la route par ce temps. Moi je vais aller au château à pied, si tu veux m’accompagner. Tu pourras te tenir au chaud dans le chai, près des alambics.

– On verra avec Amandine. Après tout, peut-être que nous pourrions faire le chemin à pied. On arrivera en retard, mais ce n’est pas grave, monsieur Sourtis comprendra.

Au château, la Delage était effectivement restée au garage. Lorsque je proposai à ma blondinette de faire le chemin à pied, elle accepta sans hésitation. Madame Eliette n’essaya même pas de l’en dissuader, elle lui demanda simplement d’ajouter un pull-over sous son manteau.

Patou nous regarda partir, mais Victor se mit dans l’idée de nous suivre.

– Allez, allez, va rejoindre ton grand frère ; votre place c’est dans le chai ! Nous, on va à l’école.

Commenter cet article

Archives

À propos

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.