Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.

07 Feb

Gaillard,Seigneur de Saint-Cirq

Publié par Michel Zordan  - Catégories :  #Littérature, #roman

Gaillard,Seigneur de Saint-Cirq
Gaillard,Seigneur de Saint-Cirq

Je ne conserve que mes bottes. Les braies sont un peu grandes pour moi, la tunique également, mais ça ira quand même. Dans un baluchon, nous préparons de la nourriture, pour deux à trois jours. Pour la boisson, les sources ne manquent pas, donc pas besoin de se charger. J’insiste pour prendre les deux godets et les deux écuelles. Puis nous partons vers l’entrée. En quittant la barque, Altiq retire la bonde. Il retire également celle de la seconde barque. Très rapidement l’eau pénètre à l’intérieur, elles ne vont pas tarder à partir par le fond. Arrivés au bas des échelles, mon compère ne perd pas de temps. Saisissant l’extrémité de la corde, il fait un très gros nœud. Il doit maintenant la lancer afin qu’elle s’accroche sous l’une des poutrelles du premier palier, ou entre deux planches. Après une multitude d’essais, il parvient enfin à la caller au-dessus de l’une des jambes de force. Ça me parait un peu brinquebalant, mais pour Altiq cela semble suffire. Il tire sur la corde à deux ou trois reprises pour mieux la fixer, puis sans un mot il commence son ascension. Malgré sa jambe raide, je suis impressionné par la facilité avec laquelle il grimpe. Sans trop de difficultés il parvient sur le premier palier, décroche l’échelle et la laisse doucement glisser vers moi. Avant de repartir pour le sommet, Altiq pousse l’extrémité de l’échelle dans le vide, et récupère la corde.

– Ils croiront qu’elle est tombée parce que mal accrocher. Le temps qu’ils trouvent le moyen de descendre ça nous donnera un peu plus d’avance. Surtout ne regarde pas vers le bas, toujours les yeux vers le haut. Je passerai le premier, à l’arrivée je regarderais si la voie est libre.

Je ne peux m’empêcher de regarder vers le bas. Enfin nous retrouvons la liberté, les lieux sont effectivement déserts. Rapidement Altiq m’attire vers les buissons tout proches.

– Tu m’as bien dit qu’au pied de ton château coulait une grande rivière ?

– Oui, c’est la rivière Olt pourquoi ?

– Très simple, il nous suffit de trouver un ruisseau et de suivre le courant. Il nous amènera obligatoirement à ta grande rivière ! Après nous aviserons.

Commenter cet article

Archives

À propos

Michel ZORDAN présente des extraits de ses romans. Il se laisse également aller à quelques réflexions sur l’actualité.